AVANT, nous avions peur de vieillir séparées.   MAINTENANT, nous grandissons ensemble. – Maryef.P

Il y a 10 ans, où étiez-vous? Avec qui? Quels étaient vos plans? Pour ma part, il y a 10 ans, j’ai gradué du secondaire. Il y a environ 10 ans, j’étais en couple avec un jeune garçon au look louche qui m’a planté au bal en quittant dès le premier instant pour aller se saouler. J’étais avec ma gang de filles, chez l’une d’elles, à me caler des rhums and coke en leurs disant qu’un jour, j’aurai un homme qui me respecte. Pendant ce temps, une de mes amies pleurait, une autre frenchait son chum à bouche-que-veux-tu et, dès qu’on en avait l’occasion, on se promettait toutes de ne jamais se séparer, peu importe le temps et la vie entre deux gorgées entremêlées de sanglots de filles soules. J’épargne les autres détails (ce qui se passe à l’après-bal, reste à l’après-bal). Tout ça pour dire que je n’aurais jamais pu présager que, 10 ans plus tard, non seulement nos vies seraient telles qu’elles le sont aujourd’hui, mais qu’en plus, nous avons tenu notre promesse.

J’ai ces mêmes amies depuis plus de 15 ans (ou pas loin). Nous sommes 6 filles connues au secondaire, dont une amitié qui date du primaire. Ces amies, elles représentent mon équilibre. Chacune d’entre-elles me reflète une image de moi-même différente, s’adaptant à notre relation. Je ne peux pas en choisir qu’une. Elles forment un tout, elles sont toutes parfaites dans leurs imperfections et c’est la raison pour laquelle nous nous aimons toutes, je crois.

À travers les années, nous avons accompagné l’une d’entre nous dans son périple difficile à devenir maman. Nous avons aussi fêté la venue de chacun des enfants nés. Nous avons aidé et soutenu celles qui avaient des problèmes d’estime, de confiance. Nous avons partagé les joies des diplômes enfin obtenus, encouragé des changements de vies vers des chemins plus lumineux. Nous ne nous appelons pas à tous les jours, nous nous voyons seulement une fois par saison ou quand l’on veut fêter nos progénitures, mais notre relation est telle que nous n’avons pas besoin de tout ça. On le sait toutes, que si l’une d’entre nous a besoin, elle trouvera réconfort dans nos bras (et nos bouteilles de vin amenées).

Il y a quelques années, nous avions fait un souper et vous avions décidé, cette fois-ci sans être alcoolisée au max, de nous projeter 5 ans plus tard. Certaines d’entre nous parlaient d’enfants, de maison. Certaines étaient encore aux études et souhaitaient juste survivre jusqu’à la fin. Des projets d’être en couple (moi, célibataire à cette époque), bref rien de bien impossible, mais qui reste des projets à moyens-longs terme que lorsque l’on en est loin, semble ô combien difficile à s’y rendre.

Aujourd’hui, nous avons presque toutes réussit nos objectifs établis il y a un peu plus de 5 ans. Nos partys qui commençaient avec de la poppers et terminaient avec plusieurs filles qui vomissent, en passant par les larmes, les rires et les engueulades se sont transformés en soupers classiques, où l’on parle de tout et de rien, de nos enfants, nos chums, notre quotidien. Où l’on continue de faire des projets et de s’encourager mutuellement.

Étant une personne nostalgique, je repense à ce que l’on a toutes vécu les 6 filles ensemble. Autant les meilleurs moments, les partys (louches et moins louches), les heures de fou rires, les premières expériences d’alcool qui finissent pas vraiment si bien, les garçons (je pourrais faire 18 chapitres là-dessus, t’sais, le secondaire), les danses, les spectacles, les lettres, les moments de chicanes, le boudage, les surprises-partys, les tragédies.

Pour toujours, je me souviendrai de votre appui, votre patience envers moi, vos encouragements. Je me souviendrai toujours de vos niaiseries, de votre support (par exemple, de quitter l’école pour nous donner l’occasion d’aller magasiner et s’acheter toutes le même chandail pour me consoler (croyez-moi, c’était primordial!). Je me rappellerai de nos chicanes qui prouvent la sincérité et la profondeur de notre amitié.

Dans mes projets futurs, je souhaite seulement que mes enfants puissent vivre des amitiés aussi soudées et puissantes.  À chacune d’entre vous, je vous dis merci d’être encore là et d’être qui vous êtes. Ne changez pas, vous êtes, ensemble, mon équilibre entre mon passé et mon présent.

*Auteure : Maryef.P

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s